SCAP Type A: La Restauration

 

L'Acquisition

L'achat de ce châssis de Type A s'est fait un peu par hazard. En fait, je ne cherchais pas à acquérir une voiture supplémentaire, j'essayais surtout de remettre en route mon B.N.C. type DZ dont le carter de vilebrequin du moteur SCAP Z est cassé et non réparable. J'ai donc passé quelques annonces, en particulier dans un célèbre hebdomadaire spécialisé en voitures anciennes pour trouver un moteur ou des pièces (si vous en connaissez, je cherche toujours, voir la rubrique annonces). On ne m'a pas proposé de pièces mais par contre j'ai eu un appel m'indiquant une voiture SCAP à vendre sans précision sur l'année. J'ai demandé des informations supplémentaires et, après plusieurs mois d'hésitations (franchement c'est pas sérieux, il manque trop de pièces trop difficiles à trouver, oui mais quand même c'est un chantier intéressant, peut-être mais tu en as déjà d'autres en cours, oui mais une voiture d'avant 14 à ce prix là çà se trouve plus, ...) bref j'ai fini par aller la voir, faire une offre (même si je me posais toujours les mêmes questions) et finalement je l'ai achetée !

Voici l'étât à l'achat :

 

En gros, j'étais (l'heureux ?) propriétaire d'un châssis, d'un radiateur, d'un train avant, d'u moteur avec son embrayage, d'une direction, d'un pont arrière, de quelques débris de carrosserie et de sellerie plus quelques bricoles. Mais surtout un grand vide entre l'embrayage et l'entrée du pont arrière. Il manque donc la liaison embrayage boite et commande de débrayage, la boite, le frein de transmission, l'arbre de transmission et le tube de transmission avec sa chape de liaison au châssis. Tout cela provenant d'une marque à la diffusion plutôt très confidentielle !

Retour
 
Suite
 
 
 
 
 
 
 
 
Automobiles.scap@free.fr