SCAP : La Restauration

 

 

La carrosserie (chapitre 5)

Une fois la cellule centrale maquettée, nous sommes passés à un maquettage plus précis du capot. Un couple en bois a été placé devant la cellule centrale. 2 logements ont été réalisés de façon à simuler les charnières avec 2 tiges d'acier de 8 mm de diamètre. La partie tôle a été simulée avec du carton fort qui est maintenu en place du scotch alu. Il est probable que les côtés de capot comporteront des moulures mais à ce stade le seul but est de vérifier les volumes.

Maintenant, c'est le tour de l'aile avant. Il est difficile de définir parfaitement sa forme car aujourd'hui nous ne connaissons pas la hauteur de caisse. Pour l'avoir il faudrait avoir des pneus en bon état (çà attendra que le véhicule soit presque terminé) et la masse du véhicule de façon à connaître la flexion des ressorts (qui ont l'air très souple). Mon but étant de valider la forme globale, je me suis basé sur la position des supports d'ailes et de marchepieds existants. Dans certains cas il a fallu les redresser. Cela a donné une première idée de la courbure. Par rapport à leur position, j'ai vérifié qu'en toute fin de course de l'essieu, il n'y avait pas de risque de contact du pneu dans l'aile. Les ordres de grandeur semblant corrects, j'ai reporté sur un grand carton la position des supports, la hauteur du marchepied et le centre de roue. En faisant une hypothèse sur la flexion des ressorts en ordre de marche, j'ai tracé un profil théorique de l'aile. AU passage, cela a permis de mettre en évidence que le support arrière était vrillé. Une fois ce profil défini, nous avons cintré un fer plat de 25mm x 4mm. Faute de cintreuse sous la main, nous avons utilisé une vieille rou à rayons de Salmson dont le moyeu est mort. Le cintrage s'est fait par une succession de petits arrondis comme le montre les photos en comparant à chaque fois la forme obtenue par rapport au profil dessiné.




Le profil réalisé a été présenté sur les supports, mis à longueur et vissé sur les supports. En parallèle, une planche a été coupée pour représenter le marchepied. Sa largeur a été définie en conidérant que ses supports devaient être en retrait de 2 à 3 cm puis en comparant la position des roues par rapports à la face extérieure du marchepied.

L'aile elle même a été réalisée en carton fort. Dans la réalité elle aura un rebord et une section convexe alors qu'au cintrage le carton prend une section concave. Pas très grave pour l'instant.

La largeur de l'aile a été fixée à 310 mm car c'est ce que j'avais mesuré sur l'autre SCAP type A existante ainsi que sur un plan émanant du Guide des Carrossiers. Après fixation de l'aile sur le profil et les supports, nous nous sommes aperçus qu'elle venait en contact avec le support de phare.

Ne souhaitant pas faire une forme complexe, la largeur a été réduite à 290 mm. Ces ailes seront les fabriquées quand la caisse elle-même sera terminée et montée sur le châssis et quand le véhicule sera sur roues. Cela permettra de définir la joue d'aile et de s'assurer que cette largeur est suffisante.

Nous sommes ensuite passé au Spider arrière. Etant donné ses formes simples, j'ai décidé de me contenter d'un maquettage en panneau de polystyrène sans masticage. En découpant la face verticale extérieure, nous avons trouvé qu'il était trop haut à l'avant et la pente trop forte. En même temps, il paraissait trop massif. En réalité, une bonne partie sera masquée par l'aile arrière. J'ai donc décidé de réaliser l'aile arrière en utilisant la même méthode qu'à l'avant.


Vous avez pu noter qu'entre les 2 séries de photos, il y au du rangement et surtout nous avons positionné différemment la voiture de façon à avoir un peu de recul pour juger. Comme le spider nous semblait toujours trop massif, nous avons abaissé le point avant et nous l'avons rallongé d'environ 15cm vers l'arrière


Comme l'avant paraissait toujours haut, nous avons fait une simulation de laposition de l'assise du spider et je me suis installé même si à 1m87 je ne suis pas tout à fait le client idéal (et puis je préfère conduire !). Je n'ai pas de photo de "l'essayage" mais cela a permis de décider de redescendre une fois de plus l'avant et de poursuivre le maquettage complet du spider. J'ai préféré faire une maquette de toute la largeur car une des incertitudes étaient la perception visuelle du panneau vertical arrière.


En attendant le séchage (je n'ai pas trouvé de colle polystyrène rapide), de façon à poncer l'arrondi arrière., nous sommes revenu à l'avant en essayant de positionner le pare-brise qui était avec le châssis. Le travail réalisé sur la maquette d'habitabilité a montré que sa hauteur convenait. Par contre il n'est pas en très bon état et il a 2 particularités, la partie basse est en laiton alors que la partie haute, qui pivote, est en acier. En plus cette partie est très carrée avec d'inesthétiques goussets dans les coins. Dernier point, sa largeur et son galbe en partie inférieure ne sont pas tout à fait adaptés. Voici le résultat (pas facile à voir sur les photos) en le positionnant grossièrement.


Le premier avis n'est pas très positif. Je le trouve trop haut mais en même temps la traverse haute et là où il faut. Je vais essayer une autre solution, un pare-brise légèrement incliné comme cela se faisait déjà beaucoup à l'époque et, autre classique, une pièce en bois entre le pare-brise et la carrosserie. Evidemment, cela veut dire en fabriquer un nouveau mais comme de toutes façons celui là est moche, en état moyen et ne s'adapte pas parfaitement....

Deuxième maquettage en symbolisant cette pièce de bois. Je n'ai pas représenté le montant car çà ne me plait toujours pas.

Troisième solution, élargir un peu le pare-brise et faire des supports spécifiques un peu plus ouvragés et laissant de la place à des feux additionnels.

Là çà me plait beaucoup plus. A noter que le pare-brise est légèrement incliné. Le feu présenté est là à titre d'exemple car je n'ai pas celui de droite. Depuis j'en ai trouvé une paire d'autres mais je ne les ai pas encore présentés sur la maquette. Dans la version définitive, l'articulation en haut du montant sera un peu plus basse.

En parallèle à ce travail sur le pare-brise, j'ai complété la maquette du spider arrière. Je lui ai redonné un peu de volume vers le bas car je le trouvais un peu fin.

Un premier maquettage de l'habillage latéral du châssis a été réalisé. Il ne va pas jusqu'au bout car la jumelle avant du ressort arrière est trop encombrante. Les photos d'époque dont je dispose montre la même chose.

Je ne suis pas satisfait de cette solution. Sur le prochain maquettage le coffrage sera plus étroit et avec une partie concave au raccordement avec le marche-pied...mais cela attendra qu'il fasse moins froid dans le garage !

 

Retour
Précédent
Suite
 
 
 
 
 
 
 
 
Automobiles.scap@free.fr